Les Chairs utopiques (P.Sarr)

Des artistes et des intellectuels sont soustraits à leur milieu d’origine et prennent la parole « selon leur tempérament », pour enfin occuper notre espace et notre temps. Mais sous les coups de butoir d’un système ouvert à tous et néanmoins implacable, ces chairs utopiques finiront par se désagréger.
Philippe Sarr suggère des « arrière-mondes » plutôt qu’il ne situe d’« autres lieux », et côtoie plus volontiers le roman dickien que le concept de Foucault, auquel le titre renvoie.
Thriller philosophique, roman d’amour ou fantaisie : en s’imposant au lecteur par l’autorisation même qui lui est donné à prendre toutes ses libertés, « Les Chairs Utopiques » s’expérimente en fin de lecture comme un conte moderne, aussi effroyable que vivifiant.

L’auteur :
Philippe Sarr a publié plusieurs nouvelles aux éditions de L’Abat-jour, dans les revues L’Ampoule et Squeeze. “Les Chairs utopiques” est son premier roman publié. 


Retour au réel – Jean Cocteau procède à un rapide bilan de ces derniers mois, de ses compétences et tout et tout, s’autoévalue – L’Individu est roi – l’un des principaux axiomes du Grand Connecteur :
Jusque-là, dans l’ensemble, je pense m’en être bien sorti. Pas de grosses sorties de route. Pas de truc irrémédiable. Juste quelques petites casses comme ça, sans aucune gravité. Pourtant, des écarts de conduite, des dépassements de vitesse autorisée, des franchissements de ligne blanche, il y en a eu, avec les conséquences que l’on sait. Car, ici, moins qu’ailleurs, aucun cadeau ne vous est fait. Ma petite poubelle bleue, sorte de casse miniature pour histoires en panne d’efficacité, sous mon bureau, pourrait en témoigner.
D’autant qu’ils — le Grand Connecteur, l’INFO — contrôlent tout, désormais. Y compris ce que j’écris. Alors, direz-vous, ces lignes, ces belles autoroutes de la Pensée Agissante, ont-elles fait l’objet d’une surveillance serrée, d’un filage systématique, voire d’un arrêt sur image ? Certes non. Style trop compliqué. Écriture trop subtile ! Même un flic entraîné à prendre au flash les Fitipaldi (un ancien pilote de Formule 1 autrefois célèbre pour ses prises de risques) de la création littéraire n’y serait parvenu. Un GPS, alors, intégré pour me guider sur les chemins ardus de la Création discrètement acheminé jusque dans mon cerveau par des techniques ultra sophistiquées ? Ou un régulateur de vitesse ? Non. Désolé. En matière d’écriture, et ça énervait le Grand Connecteur, je me sentais plutôt proche d’un vieux coucou patiné par le temps et dépourvu de toutes sortes de gadgets électroniques dont le but est soi-disant d’améliorer notre propre confort. Donc de nous aliéner. D’ailleurs, le jour où ce type de technologie se répandrait massivement verrait le rêve de certains se réaliser : un flic derrière chaque citoyen !
Jean Cocteau, sous forme de boutade, à son Tercon (ou Terminal Connecteur) :

– Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes !
Peu de chance en fait, et il le sait, que le message au Tercon dans de bonnes conditions parvienne. Certaines règles doivent être respectées, lesquelles exigent un long et difficile apprentissage basé sur des techniques à la fois   introspectives et contemplatives d’inspiration tibétaine. Jean Cocteau a déjà réalisé d’énormes progrès quant au choix du mode de pensée requis pour entrer en liaison avec l’homonculus, mode de pensée inspiré par la poésie. Songeur, Jean Cocteau absorbe l’équivalent de deux verres de cognac, en avale un troisième, tandis que la chose dans sa tête s’anime en bredouillant.
– Délicieux ! Puis en sybillinisant (c’est l’apanage des grands de ce monde, de ceux qui détiennent le Pouvoir de se dissimuler sous des tonnes de mystères qui les rendent en retour sympathiques et humainement appréciables : je ville et je cais sous la graleur chisante de télé et j’apance à vas lents, tulle ene tufémaction, vors men prepre dostin !
Paroles insignifiantes… Quel con, fait Jean Cocteau…
[Extrait]


-Photo-montage- réalisé par l'auteur / 



LES CHAIRS UTOPIQUES, Crispation éditions 2017

Distribué par Numilog –
EISBN 979-10-95024-019 –
également disponible ici (4,49 euros) >> http://crispation-editions.fr/les-chairs-utopiques-philippe-sarr


Invité de l’émission “De la Pente du Carmel, la Vue est Magnifique” sur Radio Libertaire – 12/06/2017 – Extrait