PERPÈTE

Perpète, nouvelles de Thierry Girandon

Perpète

édition brochée : 15 €
(frais de port : 2,30 €)
EAN13 : 9791095024040
Date de parution : 17/09/2020


« Au fond d’une cour d’immeuble, là où jadis logeait la concierge, habitait Jean, un chômeur de très longue durée, sorti des statistiques pour infléchir favorablement la courbe du chômage d’un millionième. Il se disait Français depuis des générations mais avait l’accent d’un étranger originaire d’un pays aujourd’hui disparu. Le drapeau de ce pays était introuvable, même dans les Larousse. Peut-être avait-il eu le destin d’une Pologne ou d’une Atlantide. Ne subsistait de ce pays que le chapska d’un lancier mort à cheval devant un panzer ou la colonne d’un temple au fond des eaux et qui servait de margelle à une sirène, un silure ou une murène. Peut-être que l’accent de Jean provenait-il de dents supplémentaires au niveau de la mâchoire inférieure. Il donnait l’impression de rire constamment. Son visage était environné de rides : un îlot paradisiaque au milieu d’une mer démontée. Jean n’avait de cheveux qu’au-dessus des oreilles et un crâne qui semblait en tôle, parce que bosselé. Dans ses sourcils broussailleux, l’été, on pouvait cueillir des mûres. Il fumait des cigarettes roulées. Une roulée éteinte au coin des lèvres le contentait une journée entière […]

Extrait de la nouvelle « LES PLUIES »

Bibliographie de Thierry Girandon :
Les Faux cils et le marteau – roman, Huguet éditeur, 2010
Amuse-bec – nouvelles, Crispation éditions, 2014
Aux éditions Utopia :
La Corde ou la cagoule – roman, 2015
La malafolie – nouvelles, 2016
Quand Fleurissaient les cow-boys – roman, 2018
Le Petit Sauvagneux – nouvelles, 2019


Presse

Labibliothecaire.fr
>> PERPÈTE : La belle surprise

Fattorius
>> De la tendresse pour les Jean de peu

Litzic
>> Chronique Livres, Perpète : « Toute ressemblance… »

Radio Activ’
>> Bande originale de livres (podcast)
>> Interview de Thierry Girandon (podcast)

Livres Girandon

Extrait :

« Il se déplaça pour ouvrir une fenêtre. Leur lutte avait vidé l’appartement de tout l’air respirable. Jean aspirait l’air frais du dehors. Le thermomètre affichait la température de sa fièvre. Jean se servit un long whisky et le but devant une chaîne d’infos. Il voulait savoir si d’autres types avaient tué leur femme, aujourd’hui. Il craignait de voir sa bobine dans un reportage. Avec Brigitte, le lendemain, ils étaient invités chez sa sœur. Il ne fallait pas que Jean oublie d’annuler ce repas. Il dirait que Brigitte avait pris froid. Il dirait que Brigitte était morte. Il dirait qu’elle partait à Venise avec un autre homme ou une femme, avec une femme, oui. Il dirait qu’il n’aimait pas sa cuisine. Il dirait qu’il était épuisé. Cette nuit, Jean enterrerait Brigitte dans la cave. Personne, jamais, n’allait dans les caves. Il y avait des rats et des fantômes dans les caves. Jean n’y allait plus malgré quelques bouteilles de vin et de vieilles revues de cinéma. Il y avait une pelle à la cave qui servait à déneiger, l’hiver, le trottoir. Il y avait une barre à mine oubliée par l’ancien locataire. Il y avait un vieux landau. Il y avait une vieille Singer. Il dirait que Brigitte était partie à perpète. »

Perpète est le septième ouvrage de Thierry Girandon. C’est aussi le dernier livre que publiera jamais Crispation éditions.