Accueil

MPerpète

Coup de coeur de la librairie Lune & L’autre (Saint-Etienne)

« Il y a avant toute chose Perpète de Thierry Girandon. C’est plein de « Jean », c’est désespérément banal, absurdement fou ».

Antoine B.

Nouvelles de Thierry Girandon
EAN13 : 9791095024040
188 pages
date de parution : 17 septembre 2020


« Au fond d’une cour d’immeuble, là où jadis logeait la concierge, habitait Jean, un chômeur de très longue durée, sorti des statistiques pour infléchir favorablement la courbe du chômage d’un millionième. Il se disait Français depuis des générations mais avait l’accent d’un étranger originaire d’un pays aujourd’hui disparu. Le drapeau de ce pays était introuvable, même dans les Larousse. Peut-être avait-il eu le destin d’une Pologne ou d’une Atlantide. Ne subsistait de ce pays que le chapska d’un lancier mort à cheval devant un panzer ou la colonne d’un temple au fond des eaux et qui servait de margelle à une sirène, un silure ou une murène. Peut-être que l’accent de Jean provenait-il de dents supplémentaires au niveau de la mâchoire inférieure. Il donnait l’impression de rire constamment. Son visage était environné de rides : un îlot paradisiaque au milieu d’une mer démontée. Jean n’avait de cheveux qu’au-dessus des oreilles et un crâne qui semblait en tôle, parce que bosselé. Dans ses sourcils broussailleux, l’été, on pouvait cueillir des mûres. Il fumait des cigarettes roulées. Une roulée éteinte au coin des lèvres le contentait une journée entière »

Les pluies / Perpète

Imago Philippe Sarr

Roman de Philippe Sarr
EAN13: 9791095024026
238 pages

date de parution : 16 septembre 2020


La Gazette du Val d’oise, 9 décembre 2020 :


Cauda

Roman de Jacques Cauda
ISBN 979-10-95024-03-3
144 pages

date de parution : 16/09/2020

LES LETTRES FRANCAISES, décembre 2020 :

Jacques Cauda, Fête la mort !

Memento Mori et ready made

Jacques Cauda aime faire la fête. Avec cette cochonne qu’on nomme la mort. Mais il se dégage des truismes pour ce K d’espèce qui réunit les frères dit humains.
Enne­mis ou non,  ils y feront amis-amis à Miami comme ailleurs. Le col haut sale ou par­fait qui habillera leur dépouille ne les ren­dra paci­fique que ça. Mais dans ce roman ce n’est plus le problème.

Les Parques blêmes n’ont rien à faire dans ce parc à ana­thèmes. Les macs crâ­més de tou­jours comme Daisy hier en pâtissent d’un juste retour des choses (les leurs étant faites de défaites).
Plus besoin pour eux de cryp­ter leur mes­sage en divers caches allo.
D’autant que Cauda met les points sur les i sans cir­con­vo­lu­tion. Lorsqu’il dit “un”, il ne tourne pas autour du pot et n’affirme pas — comme chez Peu­geot — “Cinq sans quatre”.
C’est pour lui une manière de pré­ci­ser ex abrupto  une jouillasse à l’orée du trépas.
Et si, lorsque la mort arrive, nous croyons à un espoir, Cauda —  telle une soeur Anne – ne voit rien venir sinon le trou béant où plonge notre ultime plu­mier.
Même s’il espère que, sur nos tombes, des amou­reux vien­dront s’envoyer en l’air, pour qu’il n’y ait pas que les cadavres à se rai­dir dans les cimetières.

jean-paul gavard-perret (lelitteraire.com)


labibliothecaire.fr
>> PERPÈTE : La belle surprise

« C’est un livre que je n’avais pas spécialement calculé. Je l’ai reçu, mis sur ma pile à lire. Il ne paie pas de mine, au milieu de plus beaux, plus colorés. Couverture sobre ; encore un livre d’auteur, genre confidentiel, genre désespéré, genre chiant. Et puis, à la faveur d’un extrait sur Facebook, l’envie est là, l’envie furieuse de le découvrir. C’est dur de donner envie avec un extrait ; trop court pour appâter, suffisamment long pour se planter. Sauf que là, ça démarre fort. Pourtant le vocable est simple. Le dictionnaire est le même pour tous, mais faut croire qu’on n’est pas égaux devant. Certains apprivoisent les mots, les sélectionnent, les manient avec dextérité pour vous livrer la phrase parfaite. Vous avez beau chercher, il n’y en a pas d’autres, c’est celle-ci […]« 


Masud - Presse

Broché – 11x18cm
EAN13 : 9782953038378
104 pages
10 € (frais de port offerts
)

TWENTY MAGAZINE

Mehdi Masud, culte malgré lui

On a beau nous dire qu’en France plus personne ne veut écrire ou lire de nouvelles, Mehdi Masud, lui, vient de rééditer son recueil, « Poussière d’étincelles et verres fumés », paru en 2015. Twenty l’a rencontré pour lui soutirer quelques tips.

07/07/2018 – Par Carmen Bramly

Mehdi Masud fait partie de ces écrivains que l’on est heureux de connaître, avec lesquels il fait bon zoner, discuter, dispensant malgré lui des leçons de vie et d’écriture, presque par capillarité. Ainsi, quand j’ai appris que son recueil de nouvelles, « Poussière d’étincelles et verres fumés » allait être réédité, j’ai sauté sur l’occasion. Une manière de faire partager son flow et sa verve (dense mais laconique), à nos chers lecteurs.
>> LIRE L’ARTICLE


MANUSCRITS :
Crispation Éditions ne lit que les manuscrits envoyés par mail :
sanscrispation.editions@gmail.com
Le délai de lecture est de trois mois. Nous ne reprenons contact qu’avec les auteurs dont nous souhaitons publier l’œuvre.


>> CATALOGUE
>> LITZIC (co-éditeur)